Les Métamorphoses de Nicolas Tolmachev – Le Bougeoir

 

Les corps se frôlent et le vin coule à flots dans un appartement privé du 10e arrondissement de Paris. Des œuvres d’art contemporain sur le thème des « Métamorphoses » peuplent les murs, sans cartel, comme si elles avaient toujours été exposées là. Des antiquités côtoient les livres de la bibliothèque, s’insérant parfaitement dans cette décoration en tension entre plusieurs époques. Pourtant, elles viennent d’être apportées spécialement pour cette soirée du 17 octobre 2015 organisée par Le Bougeoir.

Entre bacchanale et expo

Fondé en septembre 2014 par Ulysse Jardat et Clément Bouissu, le collectif se distingue par cette façon si naturelle de jeter un pont entre les siècles. Chaque mois, ces étudiants présentent des artistes émergents dans un appartement loué le temps d’une nuit. Composés pour la grande majorité d’étudiants, les 250 visiteurs peuvent discuter avec les artistes tous présents, et acheter les œuvres et antiquités exposées, unies par la notion de « Métamorphoses » qui les traversent.

Aquarelles de Nicolas Tolmachev

© Aquarelles de Nicolas Tolmachev

Entre bacchanale et exposition traditionnelle, ces événements incarnent cette nouvelle façon de présenter l’art, sans hiérarchie et sans étiquette. L’open bar aidant, les visiteurs, les artistes et les organisateurs dansent ensemble sur le mix live du collectif Bande à Part. Cette dimension festive permet de désacraliser l’art, de le rendre plus accessible et vivant aux yeux d’un public jeune. Mais aussi plus précieux puisqu’il s’agit d’un événement unique, évanescent. Composée d’amateurs et de curieux, la faune de cette nuit s’est réunie par la force des réseaux sociaux, et surtout du bouche à oreille. Une communication hybride privilégiant la transmission, le confidentiel, et qui confère à la soirée une dimension mythique. Une nuit vaporeuse qu’il a fallu raconter et qu’il faudra raconter pour qu’elle continue d’exister.

Vanités contemporaines

Trois étudiants des Beaux Arts de Paris déclinent le thème des Métamorphoses selon leur medium et sensibilité : les dessins de Boris Kurdi cohabitent avec les peintures de Madeleine Roger-Lacan. Les aquarelles de Nicolas Tolmachev évoquent Fragonard par le trait et Dali par leur surréalisme, donnant naissance à des scènes dérangeantes et délicates. Lauréat du premier concours de la fondation UART en 2014, le jeune Ukrainien de 22 ans dépeint de manière satirique les nouveaux codes de l’amour et de la séduction : un putto muni de lunettes 3D tire à l’aveugle, une jeune femme à la toilette se fait raser les aisselles comme pour mieux correspondre aux canons de beauté actuels.

Amour et Toilette de Nicolas Tolmachev

© Amour et Toilette de Nicolas Tolmachev

Pris en pleine métamorphose, ses personnages se changent en cygne, se voient colonisés par des abeilles ou s’apparentent à des aliens. Entre le style très 18e du dessin et la contemporanéité des scènes représentées, Nicolas Tolmachev saisit les vanités d’aujourd’hui avec ses anachronismes poétiques.

Soudain, le silence se crée dans cet appartement de la rue Beaurepaire pour laisser la place à deux danseurs du Conservatoire national supérieur de musique et de danse de Paris. Mathilde Moreau et Lucas Real s’imitent et se confrontent avec lenteur. Grâce à leur corps à corps, la soirée se transforme une fois encore. Galerie d’antiquités et d’art contemporain, lieu de performance et de fête pour adulescents, Le Bougeoir est insaisissable. En constante métamorphose.

Anthony Vincent

Ulysse Jardat et Clément Bouissu, fondateurs du Bougeoir © Juliette Saint-Sardos

Ulysse Jardat et Clément Bouissu, fondateurs du Bougeoir © Juliette Saint-Sardos



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *